Carthagène des Indes

L'esprit de la Colombie

Cette ville a été le théâtre d’une histoire romanesque qui transpire le long des « venelles empierrées de la ville coloniale » comme l’écrivait Gabriel Garcia Marquez. Rebelle et ambitieuse, elle lutte, la première, pour son indépendance et se libère de la grande Espagne le 11 Novembre 1811. Les révoltes d’esclaves, l’indépendance, le choléra et la concurrence des voisins plongent finalement Carthagène dans l’oubli. Disparue des radars, depuis le XIXe, la ville rénove ses trésors patrimoniaux. D’une homogénéité architecturale rare - maisons coloniales à deux étages, édifices républicains à trois étages, balcons en bois, toits de tuiles- les palais de Carthagène, parfois à l’abandon ou en déliquescence comme à La Havane, reprennent des couleurs. Le métissage des cultures, caribéennes, andines, africaines, européennes prend tout son sens dans un début de XXIe siècle, où nous prenons le pari que cette énergie ne se contentera pas de rendre simplement les couleurs plus vives, la musique plus vibrante, les fruits plus sucrés. Cette énergie apportera aussi aux générations qui grandissent, à travers les échanges et le partage, sources d’éveil et de culture, potentiel, richesses et harmonie.